Fondation Marleen Temmerman

FONDATION Marleen Temmerman

Comment les femmes peuvent changer le monde

Qui est le Professeur Dr Marleen Temmerman ?

Le Professeur Dr. Marleen Temmerman est une gynécologue réputée qui est active à travers le monde afin de garantir la santé et les droits des femmes et des enfants. En outre, elle est reconnue comme chercheur, auteur et dirigeante.

En 1994, la communauté internationale a, pendant la Conférence du Caire, décidé d’augmenter la lutte pour obtenir de meilleurs « droits des femmes ». Lors de cette conférence, un programme ambitieux a été accepté ayant comme but:

  • de permettre à toutes les femmes du monde d’avoir accès à la contraception
  • de garantir leurs droit à la reproduction
  • de garantir l’égalité des sexes quant à l’éducation
  • de combattre la pauvreté en améliorant les possibilités des femmes

La même année, Marleen Temmerman établit le International Centre for Reproductive Health (ICRH) afin de contribuer aux buts énoncés ci-dessus. Maintenant, 20 ans plus tard, le ICRH, conjointement avec des organisations similaires au Kenia et au Mozambique, conduit des projets en Afrique, en Amérique latine, en Asie et en Europe.

Depuis 2012 elle est la directrice du Département de Reproduction et de Recherche de L’Organisation Mondiale de la Santé à Genève. Depuis des années elle est la tête de file dans la lutte pour obtenir l’égalité des droits des femmes.

La fondation
L’université de Gand veut rendre honneur à cette académicienne dévouée en participant à la Fondation Marleen Temmerman et veut continuer à soutenir le développement de l’ICRH pour améliorer le bien–être des femmes, mais aussi des hommes et des enfants et de la société en général parce que les femmes peuvent faire la différence !  Il est évident qu’en donnant plus de droits aux femmes, un accès aisé aux contraceptifs et une sexualité ainsi qu’une reproductivité saine  les possibilités de développement des femmes et des enfants et le développement économique et social des communautés augmenteront partout.

Les entrées de la Fondation Marleen Temmerman seront employées pour financer les activités du ICRH partout au monde.

Aidez-nous
La Fondation Marleen Temmerman repose uniquement sur des dons et contributions volontaires. Toute somme, si petite soit-elle , contribue au bien-être de nombreux enfants et femmes à travers le monde.
Vous pouvez contribuer à la Fondation Marleen Temmerman par :
•    un cadeau / don
•    une dotation
•    un testament ou un legs

Un Cadeau/Don
C’est la méthode la plus simple. Vous versez le montant de votre choix  sur notre compte en banque. Cela peut se faire  online ou par virement sur le compte de l’ « Universiteitsfonds UGent » BE26 3900 9658 0329 (BIC : BBRUBEBB) en stipulant FWUGent/GE/124 .
Attestation fiscale
Un don de plus de 40 euro donne droit à une attestation et vous fera récupérer 45% . La coopération de la « Koning Boudewijnstichting » donne la possibilité d’obtenir une attestation pour quelques autres pays.
Une Dotation
Une dotation est un don certifié par un notaire (par exemple pour l’usufruit d’un bien). En cas d’œuvres d’art ou de sommes importantes il est conseillé de passer par un notaire.
Si vous avez des doutes, prenez contact avec l’ »Universiteitsfonds »  au numéro :+32(0)9264 83 32 ou à fondsmarleentemmerman@ugent.be
Un Testament ou Legs
Vous pouvez léguer une partie de votre avoir par testament à la Fondation Marleen Temmerman. L’ Universiteitsfonds peut vous donner conseil si nécessaire.

Vous avez d’autres questions? Contactez  l’Universiteitsfonds (+32(0)9 264 83 32) ou Fondsmarleentemmerman@ugent.be

 

PROJETS

Programmes de stages pour chercheurs africains

L’ICRH préfère laisser exécuter ses projets de recherche dans les pays en développement, par des chercheurs locaux. Mais ils sont difficiles à trouver. Il y a une pénurie énorme en chercheurs entraînés dans le domaine d’une sexualité et fertilité saine. Et ceci surtout en Afrique, là où les besoins sont les plus grands.
L’ICRH propose un programme d’entraînement intensif aux chercheurs africains . Ceux-ci seront immergés dans les activités de recherche près de l’ICRH à Gand pour une période de 6 mois. Ensuite, cette période est prolongée de 6 mois de travail sur le terrain au Kenia ou en Mozambique. Le plan prévoit de voir débuter un nouveau stagiaire tous les 6 mois. Les stagiares touchent 1500 euro par mois . Ces frais ne sont pas subsidiés du tout. Ceci explique pourquoi la Fondation Marleen Temmerman cherche des moyens supplémentaires.

 

A Mombasa (Kenia) on a déjà sauvé plus de 4000 victimes de cruautés sexuelles

Partout au monde, les viols et en général  les violences contre les femmes (et les enfants) sont monnaie courante, et donc également au Kenia. En 2007, l’ICRH Kenia, en  coopération avec l’université de Gand et du Ministère de la Santé du Kenia, installa le Gender Based Violence Recovery Centre (GBVRC). Le but n’était pas de se limiter à des soins médicaux, mais aussi de donner une assistance psycho-sociale et juridique. Depuis lors, plus de 4000 victimes ont été aidées, dont plus de 80% de femmes et de filles, dont plus de la moitié n’avait pas 18 ans.
A côté de l’aide aux victimes le GBVRC organise des activités de sensibilisation, d’entraînement du personnel hospitalier pour les contacts avec les victimes de violences, ainsi qu’une recherche des moyens pour prévoir et prévenir la violence.
L’IRCH joue un rôle important dans ces activités plus que nécessaires  et grâce à la Fondation Marleen Temmerman la continuité en est assurée.

 

Visites à domicile chez les femmes qui viennent d’accoucher au Kenia ,au Mozambique, à Burkina Faso et au Mali

Etre enceinte et accoucher sont des activités naturelles, mais n’importe quel problème peut avoir des conséquences graves pour la mère et pour l’enfant. On a constaté qu’au moment de la naissance les risques sont importants, surtout si la mère est seule, loin d’une maternité ou d’une clinique. On sait que des « maternity shelters » peuvent réduire la mortalité des mères et des enfants. Ce sont des espèces de salles d’attente où des femmes qui doivent faire face à un long déplacement, ou qui risquent des complications peuvent séjourner en vue de la naissance de leur enfant.
Les premières semaines après la naissance peuvent poser des problèmes qui peuvent être résolus s’ils sont détectés à temps. On a constaté que des visites à domicile par des personnes qualifiées qui contrôlent l’état de santé de la mère et du bébé peuvent faire éviter de nombreux problèmes. Si nécessaire, le bébé et la mère seront transportés dans un endroit où ils peuvent être soignés. Les moyens dont dispose la Fondation Marleen Temmerman seront employés pour financer les Maternity Shelters et pour acquérir des bicyclettes mises à la disposition du personnel qui s’occupent des visites à domicile.